SUMMER SHOW

Group show with Martine Feipel & Jean Bechameil, Louis Granet and Brian Rochefort.

Preview + Book launch of Martine Feipel & Jean Bechameil on Wednesday June 20th, 2018 from 6pm in presence of the artists.
Exhibition June 21 - July 28, 2018
June 21 2018 - July 28 2018

Installation views

Press release

La galerie Zidoun-Bossuyt a le plaisir d’exposer de toutes nouvelles pièces de Martine Feipel & Jean Bechameil : des bas-reliefs, dessins et un banc-sculpture spectaculaire. La galeire présente également pour la première fois les oeuvres de l'artsite français Louis Granet et de l'artsite américain Biran Rochefort.
 

MARTINE FEIPEL & JEAN BECHAMEIL 

Le travail artistique de Martine Feipel & Jean Bechameil révèle leur fascination pour le modernisme, et surtout le contraste entre les idéaux et la manière dont, au fil du temps, ils sont confrontés à la réalité, à l’échec et se vident de leur substance. La réflexion sur notre milieu de vie et la transformation d’un environnement en proie à une société en évolution permanente semblent être une constante dans leur pratique artistique des dernières années.
 
Dans l’exposition, le blanc est la couleur dominante, les éléments colorés attirent l’attention, guident l’œil et nous font lire le volume, la manière dont les éléments coulissent les uns dans les autres, dont les vues transverses apparaissent et disparaissent, le tout étant renforcé par des faisceaux de lumière qui caressent la surface de l’œuvre. La sculpture-banc invite à tourner autour, pour la dissséquer de tous les côtés et sous tous les angles. Les bas-reliefs de Feipel & Bechameil présentent certaines affinités avec les intentions du minimalisme. Leur volume est constitué d’une multiplicité de formes géométriques en couleurs pleines  s’insérant les unes dans les autres et se dissociant. L’ensemble tient à la fois de la peinture abstraite, du volume minimaliste et de l’architecture modulaire.
 
La galerie a le plaisir de dévoiler  la première monographie rétrospective du duo d’artistes Martine Feipel & Jean Bechameil qui retrace leurs travaux les plus récents.
Cette publication, a été éditée dans le cadre de l’exposition individuelle Theatre of Disorder au Casino Luxembourg en 2017


LOUIS GRANET 

L’oeuvre de Louis Granet peut se lire comme la métaphore de l’itinéraire du peintre. Louis Granet développe une technique et une construction de l’oeuvre à partir de codes issus en partie de sa pratique de la bande dessinée mais qui acquièrent sur la toile une dimension presque transgressive.
Initialement auteur de bande dessinée et passionné par le dessin, l’artiste a fait l’École des Beaux-Arts de Bordeaux avant d’intégrer l’école de bande dessinée d’Angoulême. Enfin, il a rejoint l’École des Arts décoratifs de Strasbourg.
 
Ainsi l’art de Louis Granet crée un lien entre la bande dessinée et la peinture. Le découpage des toiles en cases et l’emploi de couleurs vives dans ses œuvres imitent ainsi les principes du genre mais ce glissement ne se limite pas à un simple changement de support. Passer à la peinture lui offre plutôt l’occasion de s’émanciper des contraintes de lecture de la planche pour aborder l’image dans son rapport à l’espace. Locale ou totale, l’abstraction rompt en effet avec la dimension illustrative de la bande dessinée et traduit la volonté de l’artiste de travailler la composition et la perception des formes.
 
Louis Granet commence ses tableaux avec de la matière picturale qu’il souligne avec du noir pour donner une sorte de physicalité. Signes, lignes et formes représentent le point de départ de sa recherche esthétique. La réappropriation d’images et leur superposition tendent à désorienter le public.
 
Le répertoire iconographique de l’artiste, marqué par sa diversité, est constitué d’éléments figuratifs d’abord photographiés dans leur environnement immédiat, au fil de ses expériences de vie. Produits alimentaires, déchets, dessins d’enfants, tags, figures humaines, animales ou végétale, Granet n’a pas de sujet de prédilection et met en peinture ce que propose le quotidien des objets et la relation entre l’être vivant et l’espace. Reconnaissables jusqu’à un certain point seulement, leurs formes peuvent être agrandies et légèrement modifiées, puis collés au sein de compositions saturées et désordonnées, dont le sens de lecture est souvent brouillé, cela introduit ainsi un mouvement et une complexité visuelle qui troublent la reconnaissance des signes pour mieux exciter le regard.
 
Louis Granet (né en1991, Bordeaux, France) vit et travaille à Paris. Il est diplômé de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs en 2014. IL est également le premier artiste en résidence de la Neumann Wolfson Art. IL a été récemment montré à Neumann Wolfson Art, NY (2018), Private Choice, Paris (2017), Paris, Triple V, Paris (2017), MR 14, Paris (2017), FRAC Aquitaine, Bordeaux (2017), Musée d’Orsay, Paris (2016), Galerie des Multiples, ART-O-RAMA, Marseille (2016), Galerie Thaddaeus Ropac Pantin (2016).


BRIAN ROCHEFORT

Brian Rochefort nous invite à plonger dans les ardeurs volcaniques de ses céramiques. Comme la lave d’un cratère bouillonnant, les céramiques-sculptures de Brian Rochefort ont une surface parcourue de tensions inattendues. La superposition des émaux, leurs empiètements, les glaçures additionnées, leurs cuissons successives génèrent des effets de crevasses et craquelures extrêmes - allant jusqu’au point de rupture parfois ! - ce qui confèrent à ses « contenants » façonnés à la main, ces teintes acidulées, gerçures, onctuosité, rugosités, et débordements qui s’entremêlent. Certaines de ses oeuvres, « gloops » d’énergie comme il les qualifie, rappellent ces vestiges découverts sur le site d’une éruption volcanique, débarrassés de leurs scories pour dévoiler un antique calice prisonnier d’une gangue de lave aux nuances étranges. Aidé d’un microscope, plongez dans ses profondeurs : les jaunes, blancs, bleus et roses laissent entrevoir points, stries et éclats suggérant les strates terrestres ou encore une flore magique préservée au plus profond de la nature.
 
Brian Rochefort entretient une relation profonde, intime et physique à la terre. Depuis plus d’une décennie, il ne cesse de travailler l’argile. Utilisant une forme basique - le contenant cylindrique et ses aspects protéiformes -, comme il pourrait le faire d’une toile pour développer des surfaces extrêmement picturales et expressionnistes, reflets de son intérêt pour des artistes comme Willem de Kooning, Yayoi Kusama et Kazuo Shiraga ; plus récemment, il a commencé à explorer son médium comme un moyen de saisir, de se connecter et de défier le paysage terrestre et sa beauté, tout autant puissante que fragile. Après avoir grandi en jouant dans les bois de Rhode Island, après avoir vécu un ou deux ans dans les vastes étendues du Montana, et plus récemment, lors de fréquents voyages dans des sites tels que les Galapagos, les grottes ATM au Belize, le Nouveau-Mexique et l’Equateur, le paysage s’insinue dans le travail de Rochefort. Pour de nombreux artistes, le paysage a ce pouvoir de les envahir et de pénétrer leur esprit. Que le paysage soit urbain, comme pour Piet Mondrian quand il vint à New York et capta l’essence du boogie- woogie ; ou bien l’Utah et l’influence de l’Ouest américain sur Robert Smithson, par exemple. En ce qui concerne Brian Rochefort, le paysage reste plus fragmenté et poétique. Vous le voyez certes, mais il reste indistinct. Lui-même le voit comme une déclaration d’amour à des endroits magnifiques qui lentement disparaissent ou sont altérés, pas comme une tentative d’explication ou de domination. La charge d’énergie physique insufflée dans chaque oeuvre et que chaque oeuvre restitue, renvoie à un chaos contrôlé, à un équilibre entre liberté et contrainte, entre création and destruction.
 
Brian Rochefort (né en 1985) vit et travaille à Los Angeles. Il a obtenu son diplôme à la Rhode Island School of Design en 2007. Il a reçu le Lillian Fellowship de la Fondation Archie Bray pour les arts céramique dans le Montana, 2007-2008. Il a été récemment exposé à Van Doren Waxter, NY (2017), Sorry We are closed, Brussels (2015 et 2018), Boca Raton Museum of Art, Florida (2017) et Everson Museum of Art, NY (2017).